A quoi ressemble une étape de l’exposition itinérante

Samedi 17 février

 

 

 

Le samedi 17 février a acté le lancement de l’exposition itinérante dans le cadre de la post-concertation.

 

Au marché de Noisy-le-Sec et au marché de la Ferme à Bobigny, deux équipes d’éco-animateurs sont allés à la rencontre des habitants.

 

A Bobigny, les éco-animateurs disposaient d’un stand aux abords de la grande halle couverte du Marché de La Ferme. Tandis que deux éco-animateurs animaient le stand, le reste de l’équipe déambulait dans les allées du marché à la rencontre du public. Tout comme à Noisy-le-Sec, où le dispositif d’information occupait une place centrale au cœur du marché.

 

Curieux souhaitant s’informer sur un sujet méconnu ou public averti, Balbyniens et Noiséens venus faire leur marché ont échangé avec les éco-animateurs.

 

Dès 10 heures, tout un chacun pouvait échanger avec un éco-animateur qui, au terme de la discussion, proposait un jeu-quizz. Après s’être informés sur le projet et testé leurs connaissances sur le séchage naturel des déchets grâce au quizz, les habitants se voyaient remettre quelques documents d’information. La synthèse des enseignements de la concertation était également disponible au format papier.

 

À ces deux occasions, 9 contributions écrites ont été recueillies sur le registre papier.

 

 

Samedi 24 février

 

 

 

 

Le samedi 24 février, c’est le marché de l’Eglise de Pantin qui a accueilli les écoanimateurs. Au cœur du marché, à la croisée des promeneurs, les panneaux d’information sur le projet attiraient l’attention. Les Pantinois ont complété leurs connaissances sur le projet et, plus généralement, sur le tri et le recyclage des déchets grâce à un jeu-quizz.

 


Pendant ce temps, au bord du canal… 

 

Combien de temps mettent un ticket de métro, une cannette ou encore une pile à se décomposer dans la nature ? Par une matinée fraîche mais ensoleillée, les adhérents venus acheter les produits frais proposés par le Marché sur l’Eau ont testé leurs connaissances. Posé sur un chevalet, un tableau aimanté présente plusieurs types de déchets, le public étant invité à deviner le temps de décomposition des déchets. Les éco-animateurs leur confient des aimants indiquant différentes durées à attribuer aux déchets correspondants. Ce stand a permis de savoir laquelle de la cannette ou de la boîte de conserve met le plus de temps à se décomposer.

 

Il a également permis, par une approche ludique, de sensibiliser les participants au projet du Syctom, présenté par un deuxième stand et des panneaux : c’est ainsi que tous les adhérents du Marché sur l’Eau et les promeneurs sur le Canal ont été sensibilisés.

 

À ces deux occasions, 5 contributions écrites ont été recueillies sur le registre.

 

Jeudi 1er mars

 

Le jeudi 1er mars, les éco-animateurs du Syctom ont rejoint les équipes du Panier Balbynien, AMAP locale, à l’occasion d’un moment de partage convivial lors de la distribution des paniers de fruits, légumes et autres produits issus de l’agriculture biologique à leurs adhérents.

 

L’exposition a pris place au sein de l’espace de restauration de la salle de spectacles Canal 93, à Bobigny. Comme à chacune des étapes, c’était l’occasion pour le public de lever les interrogations sur le projet mais aussi, cette fois-ci, de découvrir les secrets de la bouteille en plastique. En effet, les éco-animateurs avaient prévu une animation sur le cycle de vie d’une bouteille en plastique, pour tout comprendre de son parcours : de sa distribution à sa valorisation en passant par son utilisation.

 

A la fin de l’étape, à partir de 20h, le public était invité à retrouver Alone and Me une chanteuse et guitariste montpelliéraine venue interpréter son oeuvre dans le cadre d’une jam-session gratuite et ouverte à tous.

 

 

Samedi 3 mars

 

 

Que peut-on bien faire avec une chambre à air de vélo usée ou avec une canette vide ?

 

Les éco-animateurs du Syctom ont tenu un stand à la Journée du Logement Écologique organisée par La Requincaillerie le samedi 3 mars à Pantin.

 

Parents, enfants, jeunes, pantinois ou d’ailleurs, sont venus s’enrichir de « trucs et astuces » utiles au quotidien autour d’ateliers manuels ludiques. Ces ateliers ont notamment permis de montrer que le réemploi était une source de création infinie, quelques exemples : un cendrier à partir d’une canette ou encore un joli bandeau à partir d’une chambre à air de vélo.

 

Les éco-animateurs du Syctom étaient entourés des Compagnons Bâtisseurs, de La Requincaillerie et d’Enedis venus donner des idées pour décorer son logement, en améliorer l’isolation, entretenir la robinetterie, faire des économies d’énergie, fabriquer son propre liquide-vaisselle…

 

Les personnes présentes avaient également de nombreuses questions relatives au projet auxquelles les éco-animateurs ont été heureux de répondre.

 

Une contribution sur le registre a été déposée à cette occasion.

 

 

Mercredi 7 mars

 

 

L’épicerie sociale et solidaire Wicasaya a ouvert exceptionnellement ses portes au public dans l’après-midi du mercredi 7 mars.

 

Jeunes du quartier et familles ont pu apprendre en s’amusant avec les éco-animateurs du Syctom. Un jeu de questions-réponses a permis à toutes les personnes présentes de tester leurs connaissances sur le développement durable, la gestion de déchets, le tri et sur de nombreuses autres thématiques faisant écho au projet de reconstruction du centre.

 

Pendant ce temps à la Popote Coop…

 

Les éco-animateurs du Syctom ont fait une halte à l’épicerie-buvette Popote Coop fortement appréciée des Noiséens. Ils y ont passé l’après-midi, à informer et divertir les publics.

 

Effectivement, en plus d’outils d’information et de médiation concernant le projet de nouveau centre de déchets (kakemonos, lettres d’information, flyer…) était proposé un jeu sur le tri des déchets. Avec trois bacs symbolisant les différentes poubelles du quotidien, les éco-animateurs ont pu rappeler les différentes règles de tri de manière ludique aux participants.

 

Également postés dans la rue principale de la ville, les éco-animateurs ont ainsi pu aborder et échanger avec les passants.

 

Vendredi 16 mars

 

 

Le vendredi 16 mars, au cœur du marché couvert du Centre de Romainville, les éco-animateurs du Syctom ont tenu un stand toute la matinée et sont allés à la rencontre des Romainvillois pour les informer et échanger avec eux.

 

Le registre a permis aux habitants de s’exprimer par écrit au Syctom, tandis que l’ensemble des supports de communication du projet (flyers, lettre d’information, enseignements de la concertation préalable…) étaient à la disposition de chacun.

 

À ces deux occasions, 5 contributions écrites ont été recueillies sur le registre.

 

Pendant ce temps, au campus de Bobigny de l’Université Paris 13…

 

De 11 à 14 heures 30, les étudiants de l’IUT de Bobigny ont pu rencontrer les éco-animateurs du Syctom sur leur lieu d’études. Les éco-animateurs ont répondu à leurs questions sur le projet et des documents d’informations étaient mis à la disposition de tous.

 

 

Et sinon, que peut-on faire au quotidien pour réduire ses déchets ?

 

Avec les éco-animateurs, les étudiants ont également pu fabriquer des cosmétiques comme un baume à lèvre, un dentifrice et du démaquillant avec lesquels ils sont repartis. L’ensemble de ces produits a été réalisé à base d’ingrédients biodégradables et donc fabriqué dans des conditions respectueuses de l’environnement.

 

Finalement, cet atelier a prouvé qu’il suffit de quelques produits de base comme l’argi

le ou le sel pour se fabriquer à moindre coût des soins de qualité. Cet atelier a été l’occasion pour les éco-animateurs du Syctom de montrer comment, en fabriquant ses propres cosmétiques, on peut quotidiennement réduire ses déchets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 24 mars

 

Le samedi 24 mars après-midi, les éco-animateurs du Syctom ont installé leur stand au sein du Paysan Urbain, la première micro-ferme urbaine de Romainville qui se trouve à deux pas du centre de traitement des déchets.

 

Sous les rayons d’un soleil printanier, les éco-animateurs ont pu sensibiliser bénévoles et passants aux gestes de tri, ainsi que les informer du projet de reconstruction du centre et de l’ensemble des actions de communication et de concertation mis en place (Groupe Citoyens, lettre d’information, site internet, registre, etc.).

 

Une contribution sur le registre a été déposée à cette occasion.

 

 

Publié dans Non classé