Contribution d’Alex Thibaud – Zero Waste France

Auteur : Alex Thibaud – Zero Waste France

Date : 30 octobre 2017

 

Dans le cadre de la concertation sur le projet de transformation du centre Ivry-Paris 13, le Syctom a détaillé dans un tableau ses hypothèses relatives à la collecte de biodéchets à l’horizon 2023.

Ce tableau se trouve page 31 du document : Compilation des questions posées par les internautes et des réponses apportées par le Syctom

 

Dans la première colonne de valeurs, le gisement total de biodéchets dans les OM collectées par le service public est estimé à 732 000 tonnes, ce qui ramené par habitant donne 123,8 kg/hab/an.

 

Actuellement sur le territoire du Syctom, le gisement de biodéchets présent dans les OMR indiqué dans vos caractérisations est d’environ 75 kg/hab/an, et les biodéchets collectés séparément pèsent pour 0,2 kg/hab/an.

 

Y a-t-il un autre flux de biodéchets présents dans les OM collectées par le service public que je n’ai pas pris en compte ?

 

Sinon, pouvez-vous me dire ce qui explique cette différence de près de 50 kg entre le gisement de biodéchets qui est aujourd’hui dans les OM collectées par le service public et celui prévu pour 2023 ?

 

Réponse du Syctom

 

Bonjour,

 

Veuillez trouver ci-après l’explication de l’écart entre 125,8 kg/hab et 75 kg/hab. Ces deux chiffres exprimant un ratio de biodéchets (kg/hab).

 

125,8 kg/hab correspond au gisement de biodéchets (au sens déchets biodégradables) contenu dans les ordures ménagères collectées par le service public.

 

Il s’agit bien de l’ensemble des déchets contenus dans les OMR et qui pourraient faire l’objet d’une valorisation organique, quelques soient les modes de collecte et de traitement. Cette donnée a été établie à partir des caractérisations du Syctom et a été présentée à plusieurs reprises :

– pour approcher la part de la fraction organique des OMR nécessaire au dimensionnement d’un process de préparation avant traitement.  ex :  Projet Ivry-Paris XIII constitué d’une unité de valorisation organique et d’une unité de valorisation énergétique.

– pour justifier le ratio de biodéchets collectables de façon séparée dans le cadre de la mise en place des collectes sélectives des biodéchets. Dans ce cas, on considère que les papiers et cartons sont orientés vers la filière de valorisation matière. Les habitants respectant les consignes de tri d’une  part des déchets alimentaires et d’autres part des déchets d’emballages et papiers.

 

Si l’on revient aux données de caractérisations présentées dans la fiche technique « Caractérisations et analyses des ordures ménagères du Syctom – résultats 2015 », la diapositive page 5 précise que 60 % des OMr peuvent faire l’objet d’une valorisation organique, mais seulement 28% sont des déchets putrescibles et constituent le gisement potentiellement concerné par une collecte sélective de biodéchets.

 

 

Télécharger la contribution

Publié dans Pendant la concertation préalable, Tous les avis déposés en ligne